in

Quinzaine des éditeurs – Jour 13 : L’agence Léor

Nous sommes heureux d’accueillir aujourd’hui un métier dans la bande dessinée qui se développe de plus en plus, permettant aux auteurs d’alléger leurs démarches de prospection : l’agent littéraire.

Bonjour Yannaëlle Boucher-Durand. Vous êtes co-gérante et fondatrice de l’agence littéraire Leor. Vous êtes l’intermédiaire entre le projet d’un auteur et l’éditeur, mais quels sont les autres services que vous proposez ?

Nous proposons différents services à destination des auteurs et des éditeurs :

Nos prestations pour les auteurs :
1. La formule de représentation : Nous sélectionnons des manuscrits à fort potentiel, les retravaillons avec l’auteur de sorte qu’il puisse créer le coup de cœur d’un éditeur. Lorsque nous jugeons le manuscrit prêt, nous ciblons les maisons d’édition à même de pouvoir le promouvoir, le défendre et le commercialiser au mieux.

Une fois le manuscrit accepté, nous négocions pour le compte de l’auteur les conditions du contrat (à-valoir, pourcentage de droits d’auteur, cessions internationales, droits numériques… etc.) afin que celles-ci correspondent au mieux à ses intérêts.

De façon générale, nous nous chargeons de tous les aspects « administratifs et commerciaux » pour que l’auteur puisse sereinement se concentrer sur son travail d’écriture, et préserver sa relation avec l’éditeur.

Cette formule se chiffre à 15% des droits d’auteurs et ne nécessite aucun engagement financier de la part de celui-ci.

2. La formule d’accompagnement à la recherche d’un éditeur : L’objectif de cette formule est de donner toutes les chances possibles au livre de trouver un public et un éditeur (relecture, correction, conception d’un dossier de soumissions aux éditeurs…), mais aussi d’apporter à l’auteur toutes les connaissances nécessaires à la négociation de son contrat d’édition et à la défense de ses intérêts. Chaque prestation peut être envisagée séparément (si vous considérez que vous avez juste besoin de conseils en négociation de contrats, par exemple).

Catalogue : https://leor.bzh/wp-content/uploads/2019/11/Catalogue-accompagnement-dauteurs.pdf

3. La formule d’accompagnement à l’autoédition : Cette formule permet à l’auteur de garder la main sur l’ensemble de la production de son livre. Ainsi, nous vous proposons toutes les prestations nécessaires à la fabrication de votre ouvrage, depuis du simple diagnostic éditorial à l’impression et à la conception de communiqués de presse. Chaque prestation peut être envisagée séparément (si vous considérez que vous avez juste besoin de faire imprimer votre livre, par exemple).

Catalogue : https://leor.bzh/wp-content/uploads/2019/11/Catalogue-prestations-%C3%A9ditoriales.pdf

Nos prestations pour les éditeurs :

Nous proposons aux éditeurs la promotion de leurs ouvrages à l’international (en vue de les faire traduire et de les commercialiser à l’étranger) ainsi qu’auprès de studios cinématographiques (en vue d’adaptations audiovisuelles).

Ce service inclut les prestations suivantes :

– Une sélection des titres à potentiel international/audiovisuel parmi leur catalogue

– La conception de supports commerciaux adaptés au public international

– La représentation de leur catalogue aux foires internationales du livre de Francfort et de Londres

– La prospection auprès d’éditeurs étrangers susceptibles d’être intéressés par leurs ouvrages

– La négociation des termes des contrats de cessions selon leurs conditions et celles de l’éditeur étranger

– Le suivi de fabrication : qualité de la traduction, délais, respect des conditions du contrat

– Le suivi des réimpressions et des relevés de royalties

– La gestion des fins de contrats

Et cela concerne bien évidemment la bande dessinée ?

Bien sûr, nous représentons actuellement un certain nombre d’auteurs et d’illustrateurs de bande dessinée. Nous mettons en relation des scénaristes et des illustrateurs, les accompagnons dans la réalisation de leurs projets et les représentons (eux et leurs projets) auprès des éditeurs. Nous nous focalisons notamment sur les conditions contractuelles, afin de nous assurer que les scénaristes et illustrateurs aient une bonne compréhension des contrats et les meilleures conditions possibles.

Vous revenez de la Foire internationale du Livre de Francfort où se négocient les droits internationaux des œuvres. Faire appel à un agent littéraire est-il ancré dans la tradition éditoriale française ou devez-vous encore convaincre ?

L’agent littéraire international est de plus en plus répandu en France. Beaucoup d’éditeurs en ont déjà entendu parler ou ont même été approché par certains agents. En revanche le fonctionnement et le rôle des agents est encore assez méconnu, nous devons toujours faire de la pédagogie.

Comment se passe votre intervention avec un auteur ? Sélectionnez-vous les œuvres des auteurs confirmés ou plutôt les jeunes auteurs débutants ?

Nous sélectionnons avant tout les œuvres pour leurs qualités littéraires. Le fait d’avoir déjà été publié par un éditeur est bien souvent gage de qualité, mais nous ne nous arrêtons pas à cela. Nous n’hésitons pas à représenter des auteurs débutants si les œuvres ou leur potentiel en valent la peine.

Pouvez-vous nous décrire le processus d’accompagnement d’un projet, depuis la contractualisation avec l’auteur jusqu’à la publication ?

Typiquement, une fois le contrat de représentation d’auteur signé, nous procédons à un diagnostic éditorial nous permettant de relever les éventuelles maladresses ou corrections. Nous soumettons ensuite les fichiers aux auteurs pour correction, puis nous concevons le dossier éditorial. Le but est de donner toutes les chances possibles au manuscrit d’être sélectionné par un éditeur. Ce processus peut prendre plusieurs semaines. Il dépendra également de la réactivité de l’auteur et de notre charge de travail.

En parallèle, nous sélectionnons une liste d’éditeurs dont la ligne éditoriale correspond au manuscrit, puis nous leur soumettons le dossier pour étude. Lorsqu’un texte est retenu, nous accompagnons l’auteur dans la phase d’étude du contrat et d’éventuelles négociations.

Lorsque le livre entre en production, puis lors de sa commercialisation, nous assistons l’auteur dans toutes les tâches administratives et commerciales.

Quel est le parcours ou la formation idéale pour devenir agent littéraire ? Pensez-vous que ce corps de métier doit encore évoluer en France ?

Je pense qu’il est nécessaire d’avoir une solide formation en édition, mais aussi un sens commercial et un goût pour le juridique. J’ai moi-même fait un master d’édition, puis j’ai appris le métier de chargée de droits là où on le fait le mieux, dans les grandes maisons d’édition parisiennes.

Pensez-vous qu’un projet en particulier présenté sur www.Projets-BD.com soit l’œuvre idéale à défendre à l’international ?

Il est difficile de pouvoir répondre à cette question sans avoir étudié les projets. De façon générale, on peut présenter des œuvres sur le marché international si elles traitent d’un sujet universel (il faut que ça puisse parler à des américains, des japonais, des africains…), si elles ont une forme d’originalité (la concurrence est grande à l’international), et si elles sont de suffisamment bonne qualité de façon générale.

Le site de l’agence Léor : https://leor.bzh
La page Facebook : https://www.facebook.com/AgenceLeor

Qu'en pensez-vous ?

Proposé par Projets BD

Projets BD est un collectif d'auteurs amateurs et professionnels qui offre un site internet et un forum pour le conseil, l'accompagnement et la valorisation de projets de BD, strips et illustration.

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading…

0